D’importants Déficits de sécurité au travail en Allemagne

\"\"Image: © Focus Pocus LTD Fotolia

Le Nombre de jours d’absence des Travailleurs en raison de la maladie mentale augmente, mais la Protection contre les Risques psychosociaux au Travail en Allemagne est encore mal établie. Cela montre une Étude de la DGPPN.

Toit, l’Allemagne a grand besoin de Rattrapage dans l’évaluation des Risques des Risques psychosociaux au Travail, comme l’Étude de la DGPPN et de la clinique Universitaire de Psychiatrie et de Psychothérapie de Fribourg. Dans de nombreux Pays européens, les Employeurs doivent nettement plus sensibles à des Sanctions que dans notre pays, si l’Obligation de l’évaluation des Risques au poste de Travail de l’insee.

Quand il s’agit de notre Corps, la Santé au Travail aujourd’hui. Dans toute l’Allemagne, des Lois et Règlements, les Risques pour la santé sur le lieu de Travail. Ces Mesures ont été couronnés de succès: au cours des 50 deières Années, le Nombre d’Accidents du travail diminué de 75% et se trouve aujourd’hui à un bas niveau historique.

En Revanche, la Protection contre les Risques psychosociaux au Travail, longtemps négligé, déplore le DGPPN. En prenant l’Absentéisme en raison de maladie mentale, tous Secteurs confondus. Avec plus de 40 Millions Arbeitsunfähigkeitstagen occupé aujourd’hui en Place de deux des Raisons les plus courantes de congé de maladie. En outre, environ 75 000 Personnes par An, en raison de Troubles mentaux, frühberentet, la Société de discipline à l’esprit. Persistance de la Surcharge de Travail peut à la fois dans la Genèse que dans le Maintien de la maladie mentale, qui a son Importance.

Seulement à la Fin de 2013 ai la réaction de la Politique et de l’évaluation des Risques, de même que quant psychique, le stress dans la loi sur la prise. \ »Toutefois, les dispositions relatives à l’Employeur pour la mise en Œuvre guère contraignante. Une Étude récente de l’DGPPN et de la clinique Universitaire de Psychiatrie et de Psychothérapie de Fribourg: Les Possibilités de la Sanction, en Allemagne, en Comparaison avec les pays européens Voisins minimal\ », déplore le DGPPN.

Car celui qui, en tant qu’Employeur, l’évaluation des Risques en cas de Facteurs de risque psychosociaux négligé, voire qu’elle ne procède pas, a tout d’abord pas de Conséquences. Le Respect de la Législation mentale, de Santé, de surveiller et de l’Employeur sur la Violation de ses Obligations de rappeler, est de la responsabilité des autorités responsables de la Conservation pour la Sécurité au travail. Seulement si, suite à une Remarque d’un Délai, aucune Réparation, le Manquement à l’obligation de Délit d’imposer une Amende d’emprisonnement. \ »L’allemagne Voisins européens sont ici pour la plupart, dans leur Législation, beaucoup plus conséquentes et peuvent servir d’étalons\ », critique de la Société professionnelle de la Situation.

Les DGPPN demande, par conséquent, les risques psychosociaux dans le monde du Travail de plus en plus forte et la prendre en compte dans le partage des Responsabilités entre les Politiques, les Employeurs et les travailleurs de dos. Les anciens les Lacunes dans la mise en Œuvre de l’étendue Loi étaient urgent de résoudre. \ »Il faut des Règlements contraignants, avec la Participation de Sicherheitsfachkräften et de Médecins dûment qualifiés\ », a demandé à la Société de discipline médicale.

Post Author: hl5fz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *